UX & Conception

UX DAYS : découvrez une rétrospective sur les conférences présentées

by Mathieu Duparcq 8 juin 2022

Après deux éditions perturbées par un climat sanitaire particulier, les UX Days font leur grand retour en physique. Kaliop été heureux d’être partenaire de cet évènement, qui s’est tenu du 19 au 20 mai à la Cité des Sciences de Paris. À ce titre, nous vous proposons une présentation de plusieurs conférences qui se sont tenues lors de cette 10ème édition.

Keynote d’ouverture, par Jean-Marc Jancovici

Jean-Marc Jancovici, fondateur du Shift Project, a eu le plaisir de lancer les hostilités en abordant un sujet très politique qui est déjà au cœur de cette année 2022 : les émissions de gaz et leur augmentation effrénée.

De manière très cynique, il peint un tableau peu reluisant de la situation mondiale : inefficacité des innovations technologiques ou des Conférences Des Parties (COP), dépendance au charbon, impossibilité de restaurer l’atmosphère et notre écosystème, impossibilité d’atteindre les objectifs fixés en termes de réduction d’émissions planétaires d’ici à 2050, etc. Avec 4% des émissions de gaz à effet de serre, le numérique a sa part de responsabilité dans ce constat. D’autant qu’avec un rythme de croissance de 8%, des terminaux toujours plus chers à fabriquer et l’avènement de la vidéo (60% du trafic de données), son empreinte est en constante augmentation.

Mais maintenant, que faisons-nous ? Le retour à un monde 100% renouvelable est impossible depuis l’avènement des industries et des combustibles fossiles et rares sont les personnes à croire dans un monde sans machines et sans carbone. L’objectif de l’intervention de Jean-Marc Jancovici est que ce sujet soit pris à bras le corps et cesse d’être un thème que l’on aborde en surface. 1h de conférence ne permettra pas au public des UX Days de le maîtriser, alors ne nous arrêtons pas là. Lançons de larges campagnes de formations, denses et complètes auprès de nos dirigeants du secteur public et privé. Continuons à nous intéresser au sujet quotidiennement et proposons enfin des solutions réalistes et réalisables. C’est le message du célèbre conférencier. 

Webinar Eco-conception

Découvrez le programme de ce webinar

S'inscrire

Le cerveau créatif, par Anaëlle Camarda

Cette année, les UX Days ont décidé de mettre en avant le thème de « L’UX sans frontière ». À cette occasion, ils ont invité Anaëlle Camarda, psychologue spécialisée en psychologie cognitive, afin d’aborder la créativité et la manière de repenser nos processus d’idéation.

Alors, comment penser « outside the box » ? D’abord, en acceptant que nous sommes tous capables d’être créatifs, que ce n’est pas une qualité ou une capacité que seule une poignée d’entre nous possède. C’est une soft skill qui n’est pas innée, mais qui peut s’apprendre. Fini donc le cliché selon lequel il faut être artiste pour être créatif. Nous sommes tous dotés de la capacité à générer des idées nouvelles, même si ce mécanisme est présent chez nous à des niveaux différents. Pour aller plus loin, Anaëlle Camarda nous parle de l’importance des blocages et des contraintes.

Les blocages sont des perceptions qui nous semblent imposées, comprises par le cerveau, mais qui nous enferment dans une manière de penser et d’aborder une problématique. Comment être innovant si toutes nos idées sont influencées par des concepts prédéfinis et des automatismes cognitifs dont nous n’arrivons pas à nous détacher ?

C’est alors que les contraintes font leur apparition. Elles sont les méthodes d’accompagnement à mettre en place afin d’aider à l’exploration, la génération et la convergence de nouvelles idées. Poser un cadre, donner de l’information, apporter des précisions, partager des exemples… le but est de diriger sans enfermer, afin de tirer le meilleur de nous, de nos collaborateurs ou de nos clients.

En tant qu’UX Designer et animateur-rice d’ateliers, nous devons renverser l’utilisation des objets, renforcer la connaissance et nous détacher des effets de fixation fonctionnelle. Les méthodes KCP, C-K ou de conception innovante sont des outils utiles à l’aboutissement de cet objectif. De cette manière, nous pouvons sortir des effets de groupe, des limitations sociales et cognitives, et enfin apprendre à générer des idées nouvelles qui dépassent nos attentes et nous permettent de concevoir des solutions créatives.

 

De quelle manière arrivent et se développent les idées (pour un designer) ? par Étienne Mineur

Designer de la première heure, Étienne Mineur a porté de nombreuses casquettes : directeur artistique, designer, enseignant, inventeur, conférencier… Il est aujourd’hui fondateur de sa propre maison d’édition / studio.

Avec un tel pedigree, la présentation de ses travaux est une source d’inspiration pour tout designer qui se respecte. Pour chacun d’eux, Étienne Mineur explique leur genèse, sa manière de les aborder, son processus de conception, ses méthodes d’adaptation, etc. Une inventivité qui dépasse l’entendement et une créativité qui impose le respect. D’autant plus qu’il nous montre qu’aucune barrière ne peut arrêter l’innovation. Qu’il travaille pour une marque de luxe, de téléphonie, une maison d’édition ou un éditeur de jeux… Qu’il travaille sur CD Rom, site internet, iPad ou même papier… Tout sujet ou support est une nouvelle occasion d’exprimer sa créativité et de repousser les champs des possibles.

Avec une joie de vivre et une curiosité à toute épreuve, Étienne Mineur est aujourd’hui encore l’un des esprits créatifs les plus intéressants à suivre et un bel exemple à suivre afin d’aborder chaque problématique comme un nouveau challenge créatif.

Le triomphe du Bullshit : une brève histoire de méthodologie ! par Laurent Chasstrusse

Le design est-il bullshit ? Avec honnêteté et impartialité, comment faire la part des choses ? C’est la question que s’est posée Laurent Chasstrusse, Head of UX à Cdiscount.

Principalement originaires des États-Unis, le Design thinking, Lean UX, Sprint design, Design systémique, Service design et autres méthodologies ont une image très anglo-saxonne : révolutionnaires, sensationnelles, novatrices… Cette surenchère de méthodes et de termes donne l’impression d’une course à la nouveauté et d’une tentative commerciale de nous vendre des solutions dont nous n’avons pas besoin.

Rien de surprenant à ce que certains soient déçus de ne pas devenir un brillant esprit créatif après avoir lu un livre sur le Design thinking ou avoir fait un atelier d’idéation. Malgré l’envie de résultats immédiats et de solutions rapides et concrètes, les méthodologies ne sont en rien garantes de succès. Alors, à qui la faute ?

Laurent Chasstrusse aime à rappeler que la méthode ne fait pas le designer, mais c’est le (bon) designer qui rend la méthode efficace. Pour lui, la créativité est synonyme de spontanéité, d’adaptabilité et de ressenti. Il est donc important de revenir à la base, de lâcher prise et de remettre le design au-dessus de la méthode. En tant que créatifs, nous devons innover par un exercice de pensée de tous les jours, revendiquant notre part de subjectivité et d’incertitude.

Finies les formations théoriques, les approches par la science ou l’industrialisation du design. Nous ne forçons pas à créer de nouveaux processus ou de nouveaux outils afin de nous sentir enfin légitimes. Tout cela ne fait que diluer le message des créatifs et affecte leur créativité, aboutissant à des produits sans originalité, inspirés de modèles « Airbnb like » ou « Uber like ». Reprenons confiance en notre cheminement de pensée et laissons davantage de place à l’écoute, au suivi, au partage et à l’observation. Même si chaque méthode est une merveilleuse boîte à outils, nous ne devons pas les appliquer à la lettre, mais nous les approprier afin que chaque atelier ou processus de création soit différent et génère des idées innovantes.

Être designer aujourd’hui : éthique, posture et vision par Mellie La Roque

En conclusion de cette édition 2022 des UX Days, Mellie La Roque, Fondatrice de l’association Designers Éthiques, nous a présenté son approche d’accompagnement pour les entreprises souhaitant apporter plus de vertus sociales et environnementales à leurs produits ou services.

Sa démarche commence par la compréhension des changements de paradigme, afin de faire des choix de conceptions éclairés. À ce titre, il est primordial de sortir du modèle anthropo-centré, mettant les utilisateurs au centre des produits et de se diriger vers une approche éco-centrée, appuyée par un design systémique. Pour des compagnies basant leur business model sur le temps passé par les utilisateurs sur leurs produits, il est donc important de remettre en question leur vision de « croissance ». L’idée serait de mesurer le succès pas seulement grâce à des données chiffrées, mais aussi grâce à des indicateurs de bien-être. On pourrait ainsi passer d’un monde hyper-technologique à un monde technologiquement raisonné, acceptant de réduire nos usages et nos activités.

Se sensibiliser est une chose, mais encore faut-il agir. Il est donc nécessaire de développer concrètement une posture éthique pour guider nos pratiques autour de principes vertueux.

Pour cela, Mellie La Roque définit 4 commandements à respecter, validant l’approche responsable d’un produit :

  • Utilité : le produit doit répondre aux besoins des individus et de la société.
  • Durabilité: il doit nécessiter un minimum de ressources et ne pas avoir d’impact environnemental empêchant la régénération des écosystèmes.
  • Universalité : le produit doit être abordable et appropriable par tous.
  • Autonomie : il doit être facile d’utilisation et de compréhension et respecter la liberté des utilisateurs.

En complément, l’objectif de tout designer souhaitant avoir une posture éthique est de réorienter sa pratique du design pour adresser les enjeux socio-écologiques. Une démarche qui passe par une pensée critique de nos méthodes et outils existants, acceptant de prendre des trajectoires alternatives. Acceptons de sortir de nos zones de confort et ayons une démarche historique, afin de trouver dans les technologies passées et futures, de nouvelles techniques de conception. Employons l’éco-conception, inspirons-nous du low tech et développons une approche systémique et interdisciplinaire, afin d’ouvrir le champ des possibles et coller avec les enjeux sociaux et environnementaux actuels.

En somme, une session 2022 extrêmement riche, avec un focus important sur des enjeux créatifs et environnementaux ô combien importants dans la période que nous traversons. Merci aux organisateurs des UX Days de nous avoir permis de nous retrouver, d’échanger et d’apprendre. 

Mathieu Duparcq

Mathieu Duparcq

UX et UI Designer

Fort de 7 ans d'expérience en tant que UX/UI Designer et directeur artistique, Mathieu accompagne ses clients dans la construction d’expériences utilisateurs innovantes et efficaces, en adéquation avec les attentes des utilisateurs finaux et dans le respect des standards en matière d’éco-conception.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera modéré par nos administrateurs

Vous avez un projet ? Nos équipes répondent à vos questions

Contactez-nous